Notre histoire

En 1987, l’entrée du village d’Aït Ben Haddou au patrimoine mondial de l’UNESCO le place sur les devants de la scène touristique marocaine, au cœur d’enjeux environnementaux et sociaux complexes.

En 2018, face à une dépendance alimentaire quasi totale – en partie due à l’abandon du secteur agricole au profit du secteur touristique – les habitants d’Aït Ben Haddou ont entrepris la création d’une “forêt comestible” afin d’approvisionner la vallée de l’Ounila en fruits et légumes locaux cultivés selon les principes de la permaculture. L’association We Speak Citizen accompagne les villageois dans le développement de ce projet afin d’en faire une entreprise agricole économiquement viable et respectueuse de l’environnement.

Les “Graines Sauvages” couvriront à terme un espace de 40 hectares. Elles sont également un “éco-lieu” dédié à la transition écologique – We Speak Citizen y propose des formations en agro-écologie, ainsi que des événements de sensibilisation aux enjeux économiques, environnementaux et sociaux du développement durable. Il est également possible de séjourner sur les lieux et d’y déguster des repas préparés à partir des récoltes.

Pourquoi agir ?

1. La dépendance alimentaire du village

Les besoins alimentaires d’Aït Ben Haddou dépendent à plus de 90% de l’importation : un marché hebdomadaire unique fournit le village en produits provenant de grandes villes marocaines.

3. La perte du lien social

Sans travail de la terre, la tradition séculaire de la Touiza (participation bénévole aux récoltes) s’éteint, emportant avec elle un vecteur primordial du lien social dans le village.

2. Le déclin de la biodiversité locale

La disparition progressive des arbres du paysage fait du village un territoire vulnérable aux vents violents qui sévissent dans la région. Malgré la proximité d’une rivière, les terres s’assèchent et la biodiversité décline drastiquement.

4. Les ressources  potentielles

Le village regorge de terres cultivables non exploitées appartenant à la communauté :
autant de ressources agricoles et financières ignorées.


 

Nous contacter

Nous serons ravis de répondre aux messages que nous recevrons par email à l’adresse suivante : contact@lesgrainessauvages.org.